La réforme des PC ne doit pas être un exercice d’économie

Publié le

©Vera Markus

Lors de cette session de printemps 2018, le Conseil national débat de la réforme des prestations complémentaires (PC), un dossier préparé par la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N). Celle-ci a émis plusieurs propositions auxquelles insieme Suisse s’oppose. Elle exige que la réforme ne soit pas un projet d’épargne.

Plus de la moitié des personnes touchant une rente AI sont au bénéfice de prestations complémentaires (PC), la rente à elle seule n’étant pas suffisante pour vivre. La réforme des PC actuelle sera discutée au Conseil national le 14 mars. Elle sera l’objet de vifs débats : une grande partie du Parlement y voit une occasion de prendre des mesures d’austérité. insieme appelle le Conseil national à ne pas faire des économies sur le dos des personnes au bénéfice de rentes AI et AVS qui touchent des PC.

Des adaptations tardives aux coûts relatifs au logement

La proposition d’augmenter les contributions pour les loyers et l’allocation de logement pour les personnes en fauteuil roulant est saluée par insieme. De tels ajustements sont toutefois attendus depuis longtemps. Depuis la fixation des taux en 2001, les loyers ont en effet fortement augmenté. Par ailleurs, insieme appelle le Conseil National à ne pas faire de différence entre une personne vivant seule ou en colocation. Une diminution du montant alloué aux personnes vivant en colocation conduirait à leur dissolution, les ressources pour payer le loyer n’étant plus suffisantes.

La CSS-N préconise également d’augmenter le montant pour l’aide à domicile mais uniquement à destination des rentiers AVS. Les personnes en situation de handicap se verraient ainsi désavantagées, puisque, pour la première fois, des règles différentes s’appliqueraient en fonction des rentes AI et AVS.

Dépenses personnelles : pas d’amélioration pour les personnes en foyer

En ce qui concerne les primes d’assurance maladie, la Commission présente une proposition de compromis réalisable : la prime moyenne cantonale devrait être déterminante. Le Conseil des États s’était pour sa part prononcé en faveur d’une coupe plus importante.

Du côté des dépenses personnelles des résidents, toujours aucune amélioration en vue. Le montant pour les dépenses personnelles est destiné aux frais de vêtements et d’hygiène, comme pour, par exemple, une coupe de cheveux ou des loisirs personnels. insieme exige un montant minimum de 500.- par mois dans toute la Suisse, de nombreux cantons mettant à disposition un montant inférieur.