Proches aidants : la situation devrait s‘améliorer

Publié le

Le Conseil national a décidé cette semaine d’améliorer la situation des salariés qui soignent ou assistent des proches. L’une des mesures adoptées permettra aux parents de continuer de recevoir l’allocation pour impotent lorsque leur enfant est hospitalisé. insieme salue les décisions du Conseil national, qui ont pu voir le jour notamment grâce à la pression exercée par les organisations d’aide aux personnes en situation de handicap.

Les enfants nécessitant des soins importants ont droit à une allocation pour impotent et un supplément pour soins intenses. Cette aide est toutefois interrompue lorsque l’enfant doit être hospitalisé. Or cette situation est parfois encore plus lourde pour les parents, car ils doivent continuer à s’occuper de l’enfant à l’hôpital. insieme réclame depuis des années la révision de cette réglementation aberrante. Emboîtant le pas au Conseil fédéral, le Conseil national a également reconnu qu’il était nécessaire de corriger le tir. Le supplément pour soins intenses et l’allocation pour impotent devraient à l’avenir être aussi versés en cas d’hospitalisation. La longue lutte menée par insieme et d’autres organisations a enfin porté ses fruits.

Victoire d’étape

Les autres mesures proposées par le Conseil fédéral ont été acceptées au Conseil national sans modification : congé de 14 semaines lorsqu’un enfant est gravement malade ou accidenté ; congé de trois jours lorsqu’un proche tombe malade ; extension du droit aux bonifications pour tâches d’assistance dans l’AVS. Ces décisions importantes permettent de soulager les proches aidants. Malheureusement, les personnes qui ont abandonné leur activité professionnelle pour s’occuper d’un membre de leur famille n’en bénéficieront guère.

L’étape suivante verra le projet traité au Conseil des Etats. insieme est persuadée que les membres de la Chambre haute seront eux aussi convaincus de la nécessité d’agir et qu’ils se rallieront au Conseil national.