Nouvelle statistique de la pédagogie spécialisée

Publié le

La « Statistique de la pédagogie spécialisée » effectuée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) pour l’année scolaire 2018/19 montre que le nombre d’enfants bénéficiant de mesures de pédagogie spécialisée, qu’ils effectuent leur scolarité de manière intégrative ou séparée, est demeuré presque identique par rapport à l’année précédente.

Durant l’année scolaire 2018/19, près de 950 000 élèves ont fréquenté l’école obligatoire, dont 1,4 % étaient affiliés à une classe spéciale (des classes à rythme plus lent – nommées « Einführungsklassen » en Suisse alémanique –, des classes pour les élèves allophones ou d’autres classes spécialisées au sein d’écoles ordinaires) et 1,8 % ont fréquenté une classe au sein d’une école spécialisée. La part des apprenant·e·s de l’école obligatoire (écoles ordinaires et spécialisées) bénéficiant de mesures de pédagogie spécialisée renforcée s’élevait à 4,8 % et, pour les élèves suivant un programme d’enseignement adapté, à 4,6 %. Ces chiffres diffèrent à peine de ceux de l’année scolaire 2017/18.

Illusatrtion d'un immeuble entouré de nombreuses personnes.

L’école est le lieu par excellence où l’apprentissage se fait – non seulement avec, mais aussi par les autres. ©Svenja Plaas

Différences cantonales

La proportion d’élèves fréquentant une école spécialisée varie fortement entre les cantons. Si la statistique se focalise sur le canton de domicile, cette part varie de 0,8 % (303) en Valais à 2,5 % à Soleure (732), Schaffhouse (217) et Saint-Gall (1447). Si la statistique se focalise sur les écoles spécialisées, la part la plus élevée (3,0 %, soit 178 élèves) se trouve à Appenzell Rhodes-Extérieures, tandis que la part la plus faible est celle d’Appenzell Rhodes-Intérieures (0 %), seul canton qui contraint les élèves concernés à se rendre dans d’autres cantons.

Plus de garçons et d’élèves étrangers

Un comparatif de la répartition des sexes dans les écoles ordinaires permet de constater que les classes spécialisées accueillent davantage de garçons que de filles. L’écart est encore plus frappant dans les écoles spécialisées.

Les enfants et les jeunes ayant une nationalité étrangère sont également surreprésentés dans les classes et les écoles spécialisées.

En faveur d’une école pour toutes et tous

insieme poursuit ses revendications et son engagement de longue date pour que tous les enfants, avec un handicap léger ou plus grave, puissent fréquenter la même école que leurs camarades de quartier. L’école est le lieu par excellence où l’apprentissage se fait – non seulement avec, mais aussi par les autres.

insieme continue de se battre pour que les écoles pour toutes et tous deviennent plus rapidement la norme en Suisse. C’est à l’école de s’adapter à ses élèves et non l’inverse.