Nouvel élan pour l'intégration scolaire

Publié le

© Vera Markus

L’intégration scolaire des enfants ayant un handicap mental semblait être au point mort.  Mais un postulat veut lui donner un nouvel élan. Tout comme la nouvelle version de la plateforme Intégration et école. insieme salue et soutient ces deux initiatives.

Que les enfants en situation de handicap mental fréquentent l’école ordinaire en compagnie de leurs camarades de jeu n’est pas une demande nouvelle de la part des parents. Dans certains cantons, des efforts ont toutefois été entrepris pour limiter ou réorienter l’offre de base de pédagogie spécialisée définie par le concordat. Il est certain qu’une diminution des compétences en pédagogie spécialisée aurait forcément un impact négatif sur la volonté des enseignants de s’engager sur la voie de l’intégration.

Des parents ont à plusieurs reprises rapporté les obstacles rencontrés lors de l’inscription de leur enfant à l’école ordinaire. Ceux-ci vont des présumées contraintes matérielles et d’un pur et simple manque d’informations aux préjugés quant à l’apprentissage des enfants vivant avec un handicap mental. L’intégration n’est généralement possible que grâce aux efforts sans relâche des parents. Ceux-ci doivent sans cesse prouver que leur enfant peut suivre l’école normale et qu’il ne perturbe pas le processus d’apprentissage des autres enfants. Chaque difficulté du quotidien peut signifier l’arrêt de l’école. Pourtant, que l’ensemble des enfants bénéficiant d’une éducation intégrative a été prouvé.

Deux nouvelles intitatives

La nouvelle plateforme www.integration-et-ecole.ch fournit des informations complètes sur l’intégration et l’inclusion en milieu scolaire ordinaire. Tout comme des bases juridiques et des possibilités de soutien. Elle permet également de mettre en réseau proches, enseignants et directeurs d’écoles avec les offices cantonaux compétents pour l’école enfantine, primaire et le post-obligatoire.

L’école, tout comme la pédagogie spécialisée, est du ressort des cantons. La Confédération est toutefois également responsable de la mise en œuvre de l’intégration, en particulier depuis la ratification de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapée  (CDPH). Mais aussi à travers la Loi sur l’égalité pour les handicapés, (LHand). Dans son postulat, le Conseiller national Thomas Ammann (PDC/SG) demande au Conseil fédéral de rendre compte de la manière dont la CDPH peut être mis en œuvre et de comment l’école intégratrice peut se développer. Le postulat a été soumis le 15 juin dernier et signé par 14 parlementaires.

insieme Suisse espère une réponse constructive de la part du Conseil fédéral. Cela afin que des mesures ciblés soient utilisés pour promouvoir durablement l’éducation inclusive pour les les enfants en situation de handicap mental. insieme remercie vivement Thomas Amman.

Liens :