"No Billag" : une sensibilisation en péril

Publié le

©Antoine Tardy

En traitant régulièrement de sujets en lien avec les conditions de vie des personnes en situation de handicap, la SSR remplit son mandat : représenter la diversité de la société. Aux yeux d’insieme, il est essentiel que les personnes en situation de handicap continuent à être représentées dans les médias.

« Nous craignons l’acceptation de l’initiative « No Billag » le 4 mars », explique Jean-Christophe Pastor, responsable d’Ex&Co, atelier de formation et de production vidéos de la Fondation Clair-Bois à Genève. Dans le cadre de cet atelier, une vingtaine de personnes en situation de handicap produisent notamment l’émission Singularités. Celle-ci aborde des thèmes relatifs au handicap, mais vus « de l’intérieur ». Grâce à un partenariat de plus de douze ans avec la chaîne privée genevoise Léman Bleu, l’émission est diffusée sur ce canal une fois par mois : « Ce partenariat ne pourra plus exister sans la redevance reversée à Léman Bleu. »

Récemment, l’association faîtière des organisations suisses de personnes handicapées, Inclusion Handicap, a pris position contre l’initiative « No Billag ». Grâce au financement de la SSR par la redevance, une grande partie de ses programmes est en effet accessible aux personnes avec un handicap sensoriel. Inclusion Handicap redoute qu’en cas d’acceptation de l’initiative « No Billag », les diffuseurs suisses ne proposent plus de sous-titrage, d’audiodescriptions ou d’émissions en langue des signes.

Plusieurs organisations contre l’initiative

Les organisations de personnes handicapées, Procap et Agile.ch, rejettent également l’initiative « No Billag » pour des raisons similaires. Agile.ch souligne pour sa part que les personnes qui perçoivent des prestations complémentaires à l’AI ou de l’AVS sont exemptées de la redevance. Dans un paysage médiatique de chaînes de télévision payantes, celles-ci devraient payer intégralement pour toutes les offres.

Une sensibilisation en péril

En traitant régulièrement de sujets relatifs aux conditions de vie des personnes en situation de handicap, la SSR remplit son mandat : représenter la diversité de la société. Dans un paysage médiatique privatisé, il est à craindre qu’aucun média ne sensibilise aux défis et difficultés auxquelles font face les personnes en situation de handicap. 

A l’instar de télévision locales comme Léman Bleu, qui diffuse l’émission Singularités, de nombreuses radios privées perçoivent la redevance, permettant ainsi de donner une visibilité aux personnes en situation de handicap. Des projets comme Singularités et Happy Radio, portés par des personnes vivant avec un handicap, existent directement ou indirectement grâce à la redevance.