LHand : désenchantement

Publié le

10 ans après l’entrée en vigueur de la loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand), l’Office fédéral de la statistique publie une enquête sur l’évolution des conditions de vie des personnes handicapées.

Pauvreté et faible participation au marché du travail

Les résultats sont décevants. Même 10 ans après l’entrée en vigueur de la loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand), la situation des personnes handicapées n’a pas connu d’amélioration notable. Les personnes handicapées demeurent plus fortement menacées par la pauvreté que la moyenne suisse, et la tendance est même à la hausse. Il y aussi peu de lueurs d’espoir au niveau de la participation au marché du travail. La participation à la vie professionnelle et active des personnes handicapées reste encore très marginale. Dans ce domaine, la LHand n’a pas apporté d’amélioration (jusqu’à présent).

Aucune amélioration de la formation 

Le seul aspect positif relevé est le nombre croissant de diplômés dans l’enseignement tertiaire (université/formation professionnelle supérieure), et ce, aussi parmi les personnes handicapées. Ce résultat ne doit toutefois pas occulter le fait qu’il reste encore beaucoup à faire dans le domaine de la formation.

L’accès à une formation, en particulier pour les personnes avec un handicap mental, demeure semé d’embûches considérables. La situation s’est dégradée pour ces personnes : la durée de la FPra INSOS et de la formation élémentaire AI a été ramenée de deux à un an pour de nombreux jeunes.

Les personnes avec un handicap mental doivent avoir droit à une formation professionnelle. insieme continuera de s’engager pour cela à l’avenir. La formation constitue le fondement de notre société. Si l’égalité est vécue au quotidien dans ce domaine, une société inclusive pourra devenir réalité.

Communiqué de l’OFS

 

Postulat de Christine Bulliard-marbach

Postulat de Christian Lohr