AI : intégrer au lieu d’économiser ! ?

Publié le

Le développement continu de l’assurance-invalidité (AI) ne doit pas mener à des économies. La trisomie 21 reste sur la liste des infirmités congénitales et la formation professionnelle dure en principe deux ans. C’est ce qu’a établi le Conseil fédéral dans son message présenté mercredi 15 février, lequel satisfait aux revendications de insieme. Les projets de lois restent toutefois insuffisants.  

Le développement continu de l’AI s’est focalisé sur l’intégration professionnelle des jeunes atteints d’un trouble psychique. insieme Suisse s’engage pour que les besoins des personnes avec un handicap mental lourd ne soient pas, par la même occasion, relégués au second plan. Le seuil du taux d’invalidité pour toucher une rente complète reste fixé à 70 %. insieme est soulagée par ce maintien : il est essentiel pour les personnes n’ayant aucune chance de trouver un travail sur le marché de l’emploi primaire.

Formation professionelle pour tous

Le droit à une formation professionnelle doit être garanti à tous et ce indépendamment des chances de réussite sur le marché de l’emploi. Un arrêt du Tribunal fédéral (lien news arrêt) vient de confirmer le droit à une deuxième année de formation, décision qui concerne particulièrement les jeunes porteurs d’un handicap sévère. insieme Suisse revendique le maintien du droit à une formation pour tous ainsi que sa non remise en question.

Mettre à contribution les employeurs

Une meilleure intégration sur le marché de l’emploi ne se fera qu’avec l’engagement des employeurs. Il faut créer davantage de places de travail accessibles et simples en termes d’activités pour les personnes avec un handicap mental. insieme Suisse s’engage à ce que ce but soit poursuivi lors de la prochaine Conférence nationale en faveur de l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail (lien).

Le développement continu de l’AI sera traité au Parlement. insieme Suisse s’engage à ce que les projets de loi ne se transforment pas en coupes économiques et que ceux-ci visent à améliorer la situation de vie des personnes avec un handicap mental.