Argovie : stop à la frénésie d’économies !

Publié le

Les sept associations insieme argoviennes s’opposent au projet d’économie réalisé aux dépens des personnes handicapées. Le Conseil d’Etat du canton d’Argovie a l’intention de  faire passer de 435 à 338 francs le montant pour les dépenses personnelles des personnes vivant en institution.

Les associations insieme montrent, dans leur prise de position, que les personnes avec un handicap mental ont été particulièrement touchées par les mesures d’économie au cours des dernières années. Une réduction du montant pour dépenses personnelles rendrait difficile la participation à la vie en société des personnes handicapées. Elle les exclurait encore davantage.

Un montant à ce jour peu élevé

A l’aide du montant pour dépenses personnelles, les résidents doivent couvrir l’entier des coûts relatifs au logement, à la nourriture et à l’assurance maladie, tels que les frais de soins corporels, mobilité, habillement, communication, loisirs, formation continue et objets personnels. Le montant actuellement alloué ne suffit déjà pas. Celui-ci doit donc être augmenté et non diminué. L’alliance prestations complémentaires (Alliance PC) revendique un montant uniforme de 500 francs par personne pour les dépenses personnelles.

Un large front contre les plans d‘économie

Tout comme les sept associations insieme du canton d’Argovie, la Conférence des organisations argoviennes pour personnes handicapées (KABO) ainsi que l’Union argovienne des entreprises à mission sociale (AVUSA) se sont montrées critiques envers le plan d’économie dans leurs prises de position.

Depuis longtemps, insieme suisse revendique un montant pour les dépenses personnelles plus élevé pour les personnes en institution.