Zoug et Lucerne veulent décharger les parents

Publié le

Les APEA du canton de Zoug et de la ville de Lucerne veulent décharger davantage les parents curateurs de leur enfant adulte mentalement handicapé de leurs obligations administratives. Ils ont élaboré à cet effet des mémentos définissant les critères. L’année dernière, l’APEA du canton de Berne avait déjà décidé d’apporter des allègements importants.

Les parents d’une personne adulte mentalement handicapée sont souvent mis à rude épreuve. Ils offrent un foyer à leur enfant, lui organisent une structure d’accueil de jour externe ou un hébergement en institution et essaient de le stimuler au mieux. Ils s’occupent fréquemment aussi de ses intérêts financiers et juridiques.

Pas de fardeau inutile

Dans le canton de Zoug et la ville de Lucerne, les membres de la famille qui assument le rôle de curateurs devraient désormais être davantage libérés de leurs obligations d’établir des rapports et des comptes périodiques, et ce plus particulièrement dans les cas de revenu et de fortune modestes.

Une APEA convaincue que des allègements administratifs sont nécessaires

Le vice-président de l’APEA de Zoug, M. Jörg Halter, est persuadé que la réglementation est correcte non seulement d’un point de vue juridique, mais également au niveau humain et politique. Certains cas continueront à faire l’objet d’un examen et, dans des circonstances exceptionnelles, comme par exemple un héritage, l’approbation de l’APEA reste maintenue.

insieme espère que d’autres cantons vont suivre

insieme espère que d’autres cantons vont suivre les exemples du canton de Berne et de Zoug, ainsi que de la ville de Lucerne. Jusqu’à présent, les expériences de pratiques allant dans ce sens sont concluantes : la solidarité familiale peut être renforcée et la protection de la personne handicapée continue d’être assurée.