Les droits humains en péril

Publié le

Inclusion Handicap,  faîtière dont insieme Suisse est membre, rejette l’initiative « pour l’autodétermination » de l’UDC , qui sera soumise au peuple le 25 novembre. Celle-ci met en danger les droits fondamentaux et individuels, y compris ceux des personnes handicapées.

L’initiative populaire « Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination) » exige que les dispositions de la Constitution fédérale priment le droit international.  Lancée par l’UDC, l’initiative est rejetée par tous les autres grands partis.

Une initiative contre les droits humains

Parce que leurs droits fondamentaux avaient été violés, plusieurs personnes se sont défendues avec succès contre la surveillance effectuée par l’assurance invalidité (AI)devant la Cour européenne des droits de l’homme. Après jugement, l’AI a dû mettre fin à l’espionnage injustifié.

En cas d’acceptation de l’initiative « pour l’autodétermination, une telle victoire ne serait plus possible : les tribunaux suisses ne pourraient plus appliquer directement les accords internationaux qui ne sont pas soumis au référendum. Cela concernerait en particulier la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), qui prévoit une protection spéciale pour les personnes en situation de handicap. Celle-ci interdit la discrimination et garantit la liberté de résidence. Contrairement à la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), les droits de la CEDH peuvent être directement appliqués.

Une large alliance contre l’initiative

Inclusion Handicap, organisation faîtière de 25 organisations de personnes handicapées, représente les intérêts des 1,8 million de personnes en situation de handicap en Suisse. insieme Suisse fait par ailleurs partie de ses membres. En outre, Inclusion Handicap est partenaire de « Protection Factor M », une association de plus de 100 organisations œuvrant pour les droits humains.