Votation sur le DPI : chaque voix compte

Publié le

Le premier sondage sur la prochaine votation populaire sur le diagnostic préimplantatoire montre que le non est légèrement devant. insieme se sent ainsi renforcée dans sa position. Il reste que chaque voix compte : mettez un NON dans l’urne le 14 juin.

Le 14 juin prochain, le peuple se prononcera sur l’introduction du diagnostic préimplantatoire (DPI) en Suisse.

A vous de jouer

Un premier sondage concernant cette votation du 14 juin montre une course au coude à coude entre opposants et partisans. Avec un léger avantage pour les milieux critiques face au DPI, dont fait partie insieme. 44 % des sondés se sont prononcés contre le DPI. En face, 40 % soutiennent le projet. Environ 16 % des sondés sont encore indécis.

Le défi est notamment de sensibiliser les indécis à la question et les convaincre de voter NON. insieme Suisse participe au débat et met à disposition des cartes électroniques pour faire campagne en faveur du non et faire connaître ses préoccupations face à une possible application généralisée du DPI.

Pourquoi insieme dit NON

insieme estime que cette autorisation va trop loin. Le DPI devrait en effet être accessible non seulement aux couples présentant une prédisposition pour une maladie héréditaire grave, mais également à tous les couples qui ont recours à une fécondation in vitro.

insieme craint qu’il en résulte une sélection systématique des particularités chromosomiques dans l’éprouvette, comme la trisomie 21, ainsi qu’une augmentation de la pression exercée sur les parents pour qu’ils entreprennent tout ce qui est techniquement possible pour éviter la naissance d’un enfant handicapé.

insieme sait que le bonheur ne dépend pas d’un chromosome supplémentaire. Elle s’engage pour que les parents puissent à l’avenir également se décider pour leur enfant handicapé, et ceci en toute liberté et dans une société solidaire.

Au profit de la diversité

insieme ne se positionne pas contre le DPI en présence de maladies héréditaires graves. Les couples concernés connaissent les conséquences de la maladie par l’expérience familiale. La décision d’un DPI se prend sur la base d’une discussion approfondie.

Il est toutefois nécessaire que la Constitution fédérale fixe des limites claires pour éviter une sélection systématique en éprouvette sur la base d’idées préconçues en matière de jugement de valeur.

Prendre part à la campagne

Aidez-nous à faire connaître les préoccupations d’insieme face à l’application généralisée du DPI en expédiant nos cartes électronique pour la votation à vos parents et connaissances !