Marché du travail : un signal positif

Publié le

©Vera Markus

Les personnes en situation de handicap à la recherche d’un emploi devraient aussi pouvoir profiter pleinement de la préférence nationale. Le Conseil des Etats l’a décidé aujourd’hui en acceptant une motion dans ce sens déposée par Pascale Bruderer (PS, AG).

A l’avenir, les postes vacants dans les domaines où le taux de chômage est élevé ne devraient plus être annoncés qu’aux offices régionaux de placement (ORP) mais aussi à l’assurance-invalidité (AI). Celle-ci peut ensuite proposer des personnes aptes, au même titre que les ORP, avant que l’annonce ne soit publiquement mise au concours.

Depuis le 1er juillet 2018, la Suisse applique le principe dit de la préférence nationale. En élargissant ce principe à l’AI, les personnes en situation de handicap à la recherche d’un emploi qui ne sont pas inscrites auprès d’un ORP peuvent également en bénéficier.

Signal pour l’intégration

La motion de Pascale Bruderer, également présidente d’Inclusion Handicap, n’a pas été contestée et le Conseil fédéral l’a soutenue. La balle est désormais dans le camp du Conseil national, qui doit encore donner son accord pour que ces adaptations opportunes puissent entrer en vigueur.

Ce nouvel état de fait n’apportera qu’un faible bénéfice direct aux personnes avec un handicap mental, les postes vacants ne correspondant pas à leurs capacités ni à leurs besoins. insieme salue néanmoins la motion, car elle comble une faille en matière d’égalité de traitement des personnes en situation de handicap. En adoptant cette motion, le Conseil des Etats envoie un signal fort en faveur de l’égalité des chances sur le marché de l’emploi.