Soins intensifs : des critères discriminatoires

Publié le

© Julien Gregorio

Le 4 novembre dernier, l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) a durci les critères de triage aux soins intensifs en cas de pénurie de ressources. Les personnes avec un handicap pourraient en être plus facilement exclues. A l’instar de la faîtière Inclusion Handicap, insieme exige que ces critères soient révisés.

En raison de la surcharge actuelle des hôpitaux et plus particulièrement des lits à disposition en soins intensifs, l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) a décidé d’adapter ces critères de triages. Pour les plus de 65, elle se fonde désormais sur une « échelle de fragilité ».

Dans un communiqué de presse, Inclusion Handicap et Agile.ch ont dénoncé le caractère discriminatoire de ces nouveaux critères et ont appelé l’ASSM à les réviser. Les deux organisations soulignent que « pour les personnes de plus de 65 ans, l’ASSM se fonde sur une « échelle de fragilité » qui a déjà été fortement critiquée à l’étranger ». Cette échelle conduit en effet à exclure plus souvent que la moyenne les personnes en situation de handicap des soins intensifs.

insieme soutient l’appel des deux organisations faîtières à une adaptation des critères ainsi que leur volonté d’être impliquées dans le processus de révision.