Proches aidants : MERCI !

Publié le

Le 30 octobre est la « Journée des proches aidants ». Elle est dédié aux femmes et aux hommes qui, chacun à leur manière, se dévouent inlassablement pour un membre de leur famille.

En Suisse, des dizaines de milliers de proches fournissent gratuitement des soins et des services de soins infirmiers. Ils s’occupent de leurs parents, enfants ou frères et sœurs et en particulier de leurs proches avec un handicap. Cette journée est l’occasion de leur adresser un grand merci.

La pandémie de coronavirus : un défi supplémentaire

En temps normal, les proches aidants accomplissent travail considérable. Pour beaucoup d’entre eux, la pandémie de coronavirus a engendré de nouvelles tâches causées par les mesures d’endiguement : fermeture des écoles et des institutions, annulation d’activités de loisirs, situations de quarantaine et forte incertitude. Toutefois, le soutien apporté aux proches s’occupant de personnes adultes en situation de handicap demeure insatisfaisant.

 

Enfin une amélioration  

Grâce à des mesures d’aide concrète, une nouvelle loi vise à soulager les proches aidants. Les employés pourront ainsi prendre trois jours de congé afin de s’occuper d’un proche. L’allocation pour impotent et le supplément pour soins intenses continueront d’être versés lors de l’hospitalisation d’un enfant. Enfin, les parents obtiendront 14 semaines de congé lorsque leur enfant est gravement malade ou accidenté. 

Petra Kern, responsable du domaine des assurances sociales de l’association faîtière Inclusion Handicap considère que la loi apporte une réelle amélioration de la situation : « La nouvelle loi fédérale sur l’amélioration de la conciliation entre activité professionnelle et prise en charge de proches est le signe de la volonté de mieux considérer, reconnaître et dédommager cette tâche importante pour la société. Les meilleures conditions d’octroi des bonifications pour tâches d’assistance, la congé de soins de 14 semaines accordé aux parents et le congé de trois jours dont peuvent bénéficier les employés devant s’occuper d’un proche adulte sont des acquis importants, même si la durée de trois jours de ce congé ne suffira que rarement. » La loi entrera en vigueur le 1er janvier 2021.