Opportunité manquée pour les PC !

Publié le

Le Conseil fédéral a publié son message relatif à la réforme des prestations complémentaires. insieme regrette qu’il n’ait pas saisi cette opportunité pour harmoniser les montants dédiés aux dépenses personnelles des personnes en situation de handicap mental résidant en institution.

Le montant pour les vacances, les frais de transport ou les produits d’hygiène corporelle dépend encore et toujours du lieu de résidence. En effet, les montants dédiés aux dépenses personnelles de résidents en institution varient d’un canton à l’autre, pouvant aller de 200 à 550 francs.

insieme demande instamment que le montant alloué puisse couvrir les besoins vitaux et permettre aux personnes concernées de participer à la vie sociale. Un montant de 500 francs par mois appliqué de manière uniforme dans toute la Suisse serait tout à fait approprié.

Baisse des franchises sur la fortune pour les personnes résidant en institution

En dépit des montants déjà décidés pour les personnes résidant en institution, les franchises sur la fortune pour une personne seule ont encore baissées, passant de 37’500 francs à 30’000 francs. Ainsi, la solidarité avec les personnes handicapées est encore une fois mise à mal.

Encadrement remis en question

D’autre part, insieme demande que, de leur côté, les cantons ne procèdent pas à d’autres mesures d’économie sur le dos des personnes en situation de handicap mental. En effet, le canton de Zoug planifie actuellement de réduire drastiquement les PC des personnes mentalement handicapées résidant en institution et le canton de Lucerne a diminué les montants destinés aux structures accueillant des personnes en situation de handicap – sous forme de coupe linéaire et sans tenir compte des conséquences concrètes d’une telle diminution pour les personnes résidant en institution.

Pouvoir jouir d’une vie autonome

En outre, la question du montant pris en compte au titre de loyer n’est pas résolue : pour une famille, un loyer maximal de 1’250 francs est pris en compte dans le calcul des PC. Alors que les loyers ont augmenté de plus de 20 pour cent depuis 2001, le montant des PC n’a pas du tout évolué. insieme considère que le loyer des personnes qui souhaitent vivre de manière autonome à l’aide d’une contribution d’assistance doit absolument être pris en compte de manière réaliste.