Caisse-maladie : décider en tout état de cause

Publié le

Toute personne souhaitant contracter une assurance complémentaire doit passer un examen de santé. Les enfants en situation de handicap mental se voient par défaut refusés et leurs parents ne peuvent conclure pour eux d’assurance complémentaire. La seule possibilité de contourner l’examen ? Annoncer son enfant avant la naissance.

Qu‘ils aient ou non obtenu un diagnostic indiquant une probabilité de handicap ou de maladie chez leur enfant à naître, insieme recommande aux futurs parents de se pencher sur les assurances complémentaires possibles des caisses-maladie déjà avant la naissance. Si les parents décident de conclure une telle assurance pour leur enfant, ils doivent le faire avant l’accouchement. Ainsi seulement ils pourront contracter une assurance complémentaire sans examen de l’état de santé. Après la naissance, les caisses d’assurance maladie exigent des informations complémentaires sur l’état de santé et excluent systématiquement les enfants en situation de handicap.

Une médecine discriminante à deux vitesses

Les caisses d’assurance maladie sont obligées d’offrir une assurance maladie obligatoire à tous. Pour l’assurance complémentaire, la situation est très différente : les prestataires peuvent fixer des conditions d’admission. Les questionnaires, les bilans de santé ou les évaluations de risques sont autorisés par la loi en vigueur et sont exigés par toutes les caisses-maladie. insieme dénonce cette exclusion généralisée des personnes en situation de handicap.