École

De nombreuses familles aimeraient intégrer leur enfant en situation de handicap mental dans une école ordinaire. Bien que la situation juridique privilégie l’intégration, et ainsi les avantages pour les élèves et la société, cette voie reste semée d’embûche.

Deux garçons sont assis à un bureau et regardent un livre.
Les élèves avec handicap mental peuvent fréquenter l’école ordinaire.

Intégration en milieu ordinaire ou spécialisé

Lorsqu’un enfant avec un handicap mental atteint l’âge scolaire, la question de connaître ses possibilités de scolarisation se pose. Comme tout enfant, il a le droit et le devoir de fréquenter l’école enfantine et l’école. Deux choix sont possibles : une intégration en structure ordinaire ou en milieu spécialisés. Dans les deux systèmes, l’enfant bénéficie de mesures de pédagogie spécialisée jusqu’à sa vingtième année.

Les élèves avec handicap mental peuvent fréquenter l’école ordinaire. Ils y sont soutenus par des enseignant·e·s spécialisé·e·s et des auxiliaires de classe.

La loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand, Art. 20) et le concordat sur la pédagogie spécialisée donnent la priorité à l’intégration scolaire par rapport à l’école spécialisée. La Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) va plus loin. Elle exige, à l’art. 24, une orientation inclusive du système scolaire. Ainsi, l’école est à repenser comme un lieu où tous les enfants, indépendamment de leurs particularités, sont scolarisés ensemble dès le départ. Dans une école inclusive, il n’y aurait plus d’« enfants intégrés » car personne ne serait intégré ou séparé.

Si les parents souhaitent intégrer leur enfant, il est conseillé de chercher un soutien.

Une femme et un groupe d'élèves sont assis autour d'une table .
Dans une école inclusive, un enfant avec handicap fait au moins autant de progrès que dans une école spécialisée.

L’école intégrative possède de nombreux avantages.

Pour l’enfant :

  • autant ou davantage de progrès scolaires que pour les apprenants en école spécialisée
  • meilleure intégration sociale
  • davantage de chances pour décrocher un travail sur le marché primaire de l’emploi et de mener une vie inclusive.

Pour les parents et les familles :

  • meilleure intégration dans le quartier grâce à la fréquentation d’une école proche du domicile.

Pour la société :

  • expérience de vivre ensemble dans la diversité
  • développement de la compréhension mutuelle.

Malgré les dispositions légales et les différents avantages, l’intégration en école ordinaire reste semée d’embûches.

Un homme est assis à un bureau et parle avec un élève.
Em école spécialisée ou ordinaire, l’enfant bénéficie de mesures pédago-thérapeutiques.

Si les parents souhaitent intégrer leur enfant, il est conseillé de chercher un soutien afin qu’il puisse s’engager sur cette voie dès son inscription à l’école, voire plus tôt. L’expérience montre que si la scolarisation a débuté en milieu spécialisé, la transition ultérieure vers une école ordinaire n’est quasiment plus possible.

Aide pour l’intégration dans l’école ordinaire

Les associations régionales insieme aident volontiers les parents en quête de conseils.
Trouver une association régionale.

La plateforme insieme parents-parrains.ch offre la possibilité aux parents d’enfants avec un handicap mental d’échanger des conseils, notamment en lien avec l’intégration scolaire.

Informations sur l’intégration des enfants avec handicaps au niveau préscolaire, à l’école et dans la formation professionnelle, points de contact par canton.

Ecole spécialisée

Les enfants avec un handicap mental ont la possibilité de fréquenter une école ou un centre de formation ou de pédagogie spécialisée. Les cours y sont dispensés par des professionnels·les formés spécifiquement.

L’éventail des écoles spécialisées est large. En plus des écoles de jour régionales, de nombreux établissements sont spécialisés dans certaines formes de handicap. Une place en école spécialisée peut être combinée à une offre d’hébergement stationnaire ou d’encadrement dans une structure journalière. Certains cantons ont également des classes spéciales intégrées dans les écoles ordinaires.

Plus d’informations auprès de la Fondation Centre suisse de pédagogie spécialisée.

Mesures thérapeutiques

Qu’un enfant fréquente une école spécialisée ou une école ordinaire, il bénéficie dans les deux cas de mesures pédago-thérapeutiques, telles que des thérapies langagières et corporelles (logopédie et psychomotricité par exemple).

Le canton prend en charge les coûts des thérapies et mesures de pédagogie spécialisée reconnues, que ce soit dans une école spécialisée ou dans une école ordinaire. Cependant, les parents peuvent devoir participer aux frais de nourriture et de prise en charge. Le canton assume aussi les frais de transports du domicile à l’école ou au lieu de thérapie des enfants qui ne peuvent pas se déplacer seuls en raison du handicap.
La contribution d’assistance constitue une ressource financière supplémentaire pour les enfants intégrés dans une école ordinaire.

Passage de l’école à la formation professionnel

Les jeunes en situation de handicap doivent eux aussi être préparés aux exigences du monde professionnel durant leur scolarité. Lors du passage de l’école à la formation professionnelle, une orientation professionnelle spécialisée est nécessaire ainsi qu’un coaching de carrière adapté aux besoins et permettant une première expérience dans le monde du travail. Ecoles, centre d’orientation professionnelle et de formation doivent travailler ensemble afin d’assurer un tel soutien.

Plus