La facile à lire favorise la participation politique

Publié le

Les documents de vote doivent être disponibles en facile à lire, afin que les personnes avec un handicap mental puissent exercer leurs droits politiques. Deux représentantes d’insieme Suisse étaient présentes lors de la remise de cette revendication à la Chancellerie fédérale, le 1er juin.

La Commission d’inclusion du Groupe de travail national sur la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) demande que les explications relatives aux documents de vote soient disponibles en facile à lire à partir de 2020. Les publications qui concernent directement les personnes en situation de handicap, comme la Loi sur l’égalité pour les personnes handicapées, devraient aussi être traduites en facile à lire. Le groupe offre son soutien à la Chancellerie fédérale pour la mise en œuvre du projet.

insieme veut davantage d’offres relatives à la formation politique

La mise en œuvre de cette demande satisferait également à l’art. 29 de la CDPH qui stipule que « les Etats Parties (…) veillent à ce que les matériels électoraux soient appropriés, accessibles et facile à comprendre et à utiliser ».

Les possibilités de participation des personnes avec un handicap mental sont aussi limitées en raison du manque de formation politique. insieme demande ainsi un soutien accru pour les offres en matière d’éducation civique. Des textes explicatifs en facile à lire rendrait possible l’accès aux votations.

Une demande qui a rencontré de l’intérêt

La chancellerie fédérale a promis de continuer à s’engager pour développer le facile à lire au sein de l’administration. Elle a déclaré qu’elle envisageait un projet pilote visant à établir des clarifications en facile à lire pour les votations et qu’elle le soumettrait au chancelier fédéral.