Le référendum a abouti !

Publié le

Les 18 organisations de "La diversité au lieu de la sélection"

insieme a remis aujourd’hui à la Chancellerie fédérale les signatures qu’elle a récoltées contre la loi sur la procréation médicalement assistée avec 17 autres organisations engagées dans le domaine social. insieme se félicite de l’aboutissement du référendum. La loi sera maintenant soumise au peuple. Un débat de société approfondi sur les possibilités et les risques de la procréation médicalement assistée pourra ainsi avoir lieu. insieme se réjouit de ce résultat.

Pour insieme, le texte proposé de la loi sur la procréation médicalement assistée (LPMA) va beaucoup trop loin.

L’aboutissement du référendum montre que des larges franges de la population suisse est également critique envers une application trop libérale de la procréation médicalement assistée.

Une loi trop libérale

La loi finalisée régit le cadre dans lequel des analyses génétiques sur des embryons en éprouvette sont licites. Cette loi permet une application presque sans réserve du DPI. Sans ce référendum, elle aurait été automatiquement appliquée.

En vertu de cette loi, tous les couples – aussi ceux sans prédispositions héréditaires – pourraient demander une analyse génétique des embryons en éprouvette lorsqu’ils ont recours à la procréation artificielle.

En outre, elle permet à l’aide de dépistages chromosomiques, de déceler des anomalies spontanées de l’embryon (comme la trisomie 21) et d’éliminer les embryons concernés.

Vers un DPI sans limite

Cette loi (en particulier du point de vue du public cible et l’indication du recours au DPI) ouvre donc la voie à une utilisation du DPI sans limite et routinière lors de fécondations artificielles.

Cette pratique oblige à établir une distinction, sans considération du cas par cas et en s’appuyant sur des idées préconçues, entre « bons » et « mauvais » embryons.

insieme et les 17 autres organisations s’opposent à des jugements de valeur d’une telle généralité, propres à encourager la discrimination d’individus. C’est pourquoi elles soutiennent ensemble le référendum, avec pour slogan « Préférer la diversité à la sélection ».

Pour le dialogue et des limites claires

Avec l’aboutissement du référendum, une réflexion approfondie sur ces enjeux éthiques importants peut maintenant être mené au sein de la société.

Un débat de société approfondi sur les développements dans la procréation médicalement assistée et sur la manière dont nous voulons utiliser ces possibilités peut avoir lieu.

Pour insieme et les 17 autres organisations, il est évident que les individus avec des particularités décelables à l’aide de tests prénatals doivent avoir leur place dans notre société. Il est exclu que leur existence soit remise en question.

Nous continuons de travailler à une société inclusive et solidaire !