Susanne Fehr en entretien

Publié le

Photo : FotoPro Dany Bern

Le foot est sa grande passion : Susanne Fehr, ambassadrice insieme pour l’année du jubilé, raconte d’où lui vient son amour pour le ballon rond, comment elle se remet actuellement d’une blessure et qu’est-ce qui est pour elle plus important que la victoire à la insieme!Cup du 11 septembre.

Les femmes qui font du foot forment toujours une minorité… Pourquoi as-tu préféré le maillot de foot au tutu de danse ?
J’aime le foot depuis toujours. Déjà toute petite. C’est juste génial. Et j’aime bien parce qu’on joue en équipe.

Depuis quand joues-tu au FC insieme Zurich ?
Depuis environ sept ans.

Comment se déroule un de vos entraînements ?
Nous nous entraînons tous les vendredis soir de 20 à 21 heures 30. On commence par un échauffement. Ensuite, on fait des étirements. Et ensuite, c’est parti pour un match. Notre entraîneur s’appelle Peter. C’est un type tranquille et très sympa. Nous jouons environ 10 à 12 matches par année, généralement le samedi. Quand tout le monde est là, on est 20 joueurs, dont trois filles. Je suis habituée à jouer avec des garçons. Avant, j’étais souvent la seule fille. Mais je trouve bien qu’il y ait aujourd’hui deux filles en plus dans l’équipe.

Quelle est ta position sur le terrain ?
Je joue le plus volontiers en défense. En attaque, je ne sers pas à grand-chose. A l’entraînement, je suis parfois dans les buts. Mais je peux jouer partout. Durant ma carrière, j’ai déjà marqué des buts. Tout récemment encore, lors d’un tournoi.

Quelle est ton équipe fétiche ?
Il y en a plusieurs. Lors de la Coupe du Monde, j’étais pour l’Italie. Quand ils ont été éliminés, j’étais pour l’Espagne… Et un peu pour la Hollande.

Est-ce que tu fais des fautes quand tu joues ?
Rarement. Je me donne toujours la peine de jouer autour de la personne et pas de lui foncer dedans.

T’es-tu déjà blessée lors d’un match ?
Oui, une fois je me suis déchiré les ligaments. Et depuis quelque temps, je souffre d’arthrose au genou. Ça fait très mal. Mais je tiens le coup. J’ai tellement peur de devoir arrêter le foot à cause de cette arthrose… Bien sûr que c’était bien de faire une pause, mais maintenant, je veux de nouveau fouler la pelouse. Je ne veux pas à 30 ans déjà devoir arrêter ma carrière de foot !

Quels sont tes prochains objectifs sportifs ?
Je veux continuer à bien jouer avec mon équipe, comme lors du dernier tournoi. Mais il est important pour moi aussi que l’on ait du plaisir à jouer ensemble.

A part le foot, qu’est-ce que tu aimes bien faire ?
J’aime bien faire des balades, sortir et rencontrer mes amis et amies.

Comment est-ce que tu te prépares pour le tournoi insieme!Cup qui se déroule au Stade de Suisse le 11 septembre ?
Nous nous entraînons comme d’habitude. Le but est bien sûr de ne pas se blesser avant. Pour moi, il est plus important que l’on ait tous du plaisir ce jour-là. C’est plus important que la victoire. Quoique… Atteindre la première place, ce serait pas mal. Peut-être que l’on va y arriver.

Quel est ton plus grand rêve ?
J’aimerais bien être la meilleure joueuse de foot du monde. Ça, ce serait vraiment un rêve.

En tant qu’ambassadrice insieme, tu as déjà plusieurs fois rencontré Gilbert Gress, également ambassadeur insieme… Comment est-il ?
Il est très sympa et très drôle. Exactement comme je me l’étais imaginé.

Faire la fête, jouer au foot, s’engager bénévolement…
Venez toutes et tous à la fête du 11 septembre au Stade de Suisse !
Inscription/infos : www.insieme50.ch